Dark

Light

Dark

Light

Lancer un podcast en 8 étapes
[Guide complet]

Le guide pour choisir la bonne méthode et les bons outils 🎙️

Person using a microphone

Aujourd’hui, avec le bon équipement, lancer un podcast est devenu relativement aisé. Mais les outils ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Pour être écouté et apprécié, votre podcast doit suivre une ligne éditoriale claire. Ce guide se penche sur les étapes pour différencier un média dans l’océan des offres disponibles aujourd’hui !

Sommaire.

Partie 1
Partie 1

Le why

Partie 2
Partie 2

Les objectifs

Partie 3
Partie 3

Le format

Partie 4
Partie 4

L'identité

Partie 5
Partie 5

L'équipement

Partie 6
Partie 6

L'enregistrement

Partie 7
Partie 7

La diffusion

Partie 8
Partie 8

La promotion

Partie 1

Définir le “why” de son podcast

Tout projet naît d’un besoin, et le podcast ne fait pas exception à la règle ! 

 

Avant de vous lancer corps et âme dans cette entreprise, prenez le temps de structurer votre réflexion et de clairement exprimer la raison qui vous pousse à créer un podcast. 

 

  • De quoi allez-vous parler, quelle est votre thématique ?
  • À qui s’adresse votre podcast ?
  • Comment votre podcast apporte-t-il de la valeur à vos auditeurs ?
  • Pourquoi souhaitez-vous lancer ce projet ?
  • Êtes-vous bien sûr.e que le podcast est le format le plus adapté pour votre cible ?

 

Faire cet exercice est essentiel, car il vous permet de formuler votre proposition de valeur. Et cette dernière ne doit pas être négligée, car elle va jouer un rôle important dans la conquête de nouvelles audiences ! 

 

Par ailleurs, la proposition de valeur joue aussi un rôle de “boussole”. Elle vous permettra de prendre plus facilement des décisions stratégiques et de format concernant votre projet. 

 

Pro tip : écrivez le pitch de votre podcast, comme vous le présenteriez sur la page “À propos” de votre site. Coucher sur le papier vos idées vous aidera à les clarifier !

🔮 CAS CONCRET

La proposition de valeur de The Storyline

Le podcast The Storyline est né de plusieurs constats : 

  • Tous les sujets liés à la création d’un univers de marque et la production de contenus sont des sujets relativement flous pour de nombreuses entreprises et startups
  • La plupart des podcasts Marketing existants traitent plutôt de sujets growth, produit et automatisation, laissant de côté l’aspect plus créatif du contenu et du storytelling
  • Le Content Marketing est en plein essor 

 

M’étant lancée un an plus tôt dans l’aventure freelance en tant que Brand Strategist et étant amenée à créer du contenu pour mes clients, ce sujet m’intéressait beaucoup. J’ai donc décidé de le traiter sous forme de podcast, car ce format correspondait aux habitudes de consommation de contenu des audiences que je ciblais (freelances et Content Managers).

 

C’est ainsi que de l’idée, je suis passée à la proposition de valeur et à mon “why”, que j’ai formulé de cette manière : 

 

J’accompagne des startups dans leurs stratégies d’acquisition et de croissance grâce au Marketing depuis plusieurs années. 

Au cours de mes différentes missions, j’ai réalisé que le Marketing, et plus particulièrement les codes de la création d’un univers de marque et de la production de contenus, sont des concepts souvent des flous pour les entrepreneurs.

Pourtant, la création d’une marque forte, identifiable et inspirante est pour moi l’un des premiers enjeux d’une petite entreprise qui doit sortir du lot et se démarquer. 

J’ai eu envie de partir à la rencontre des créateurs de contenu, qu’ils oeuvrent en startup, en grand groupe ou dans d’autres univers créatifs, pour démystifier les sujets du content marketing et du storytelling. 

Ce podcast vise à devenir une véritable boîte à outils pour tous ceux qui souhaitent comprendre notre métier et commencer à raconter leur propre histoire.

Partie 2

Formaliser ses objectifs

Vous avez clarifié votre vision et votre why. Maintenant que votre boussole pointe dans une direction précise, il faut tracer votre chemin et repérer les balises qui vont guideront. (Oui, je reste sur la métaphore de l’explorateur parce que je l’aime bien). 

 

Je parle ici de vos objectifs, et des indicateurs (KPIs) qui vous permettront de les suivre au fur et à mesure.

 

💡 KPI – Key Performance Indicator 

Les KPIs sont, comme leur nom l’indique, des indicateurs qui permettent de suivre et de mesurer une performance. 

 

Pourquoi sont-ils importants ?

Tout simplement, parce qu’ils vous permettent de quantifier vos efforts, et de comparer le succès de vos différentes initiatives.

 

Comment définir vos objectifs ?

Alexis Minchella, le créateur de Tribu Indé, a une méthode particulièrement efficace : 

  • il se fixe trois grands objectifs pour l’année à venir
  • puis il scinde ces objectifs en sous-objectifs trimestriels
  • et il effectue une découpe à la semaine et des actions quotidiennes

 

Vos objectifs vont évoluer avec le temps : leur donner une temporalité est donc recommandé !

 

Pour aller découvrir le système d’Alexis plus en détail, c’est par ici sur Tribu Indé.

🔮 CAS CONCRET

Les objectifs et les KPIs de The Storyline

En lançant The Storyline en Mars, j’avais un objectif simple : faire connaître le podcast. J’ai donc décidé de me concentrer principalement sur la notoriété. Pour ça, j’avais créé deux formats : 

  • Les épisodes du podcast, publiés une semaine sur deux
  • Une newsletter, publiée également bimensuellement, qui approfondissait le sujet de l’épisode publié la semaine précédente

 

Les trois sous-objectifs trimestriels étaient les suivants :

  • Publier 6 épisodes du podcast
  • Ainsi que 5 newsletters
  • Être invitée au moins une fois en tant que guest d’un autre média / plateforme

 

Une fois ces sous-objectifs fixés, j’ai aussi défini un certain nombre d’indicateurs (KPIs) que je mets à jour toutes les semaines :

 

Pour le podcast :

  • Nombre d’écoutes cumulées
  • Taux de croissance hebdomadaire de l’audience
  • Mentions externes du podcast (est-ce que d’autres personnes / médias parlent de The Storyline ?)

 

Pour la newsletter :

  • Nombre d’abonnés
  • Taux de croissance du nombre d’abonnés
  • % d’ouverture des emails 

 

Le suivi de ces indicateurs permet de s’assurer que la notoriété du podcast se développe, et à quelle vitesse.

 

💡 Tip : lorsque l’on se lance, je pense qu’il est un peu trop tôt (et un peu trop ambitieux) de s’imposer des objectifs fixés. D’expérience, il est quasiment impossible de prévoir quand et dans quelle mesure votre contenu va décoller (et les gens qui vous affirment le contraire racontent n’importe quoi). L’important, quand on se lance, c’est la régularité et la cohérence. Ne vous mettez pas trop la pression au début mais accrochez-vous pour rester dans la durée !

Partie 3

Choisir son format

Vous voilà arrivé.e à une étape cruciale : le choix du format de votre podcast. 

 

En effet, cette question n’est pas anodine : les podcasts assurent généralement une cohérence dans leur ligne éditoriale épisode après épisode. Changer de format risque de perturber vos auditeurs, voir de leur déplaire. Alors choisissez le vôtre avec soin !

Préférez-vous enregistrer seul.e ou avec des invités ? En mode investigation journalistique ou plutôt Masterclass ? 

 

Je n’ai pas de bonne pratique particulière à vous recommander à ce stade, mais je vous conseille de choisir un format :

  • Avec lequel vous êtes à l’aise
  • Que vous pouvez tenir dans la durée

 

Je m’explique. 

 

Avec lequel vous êtes à l’aise : si vous n’aimez pas vous mettre en avant, le format interview est peut-être plus adapté pour vous, car il vous permet d’attirer l’attention sur votre invité.e. Si vous n’avez pas envie de vous lancer seul.e dans l’aventure, peut-être pouvez-vous trouver des co-hôtes avec qui collaborer ?

Que vous pouvez tenir dans la durée : faire connaître votre podcast prendra du temps et vous demandera des efforts. Dans la plupart des cas, il faut produire et publier un bon nombre d’épisodes avant d’être vraiment visible. Alors, pour vous assurer d’atteindre ce cap, choisissez un format que vous serez capable de tenir sur le long terme !

🔮 CAS CONCRET

Le format de The Storyline

J’ai tout de suite décidé que je souhaitais fonctionner sur le mode de l’interview d’invités. D’une part, parce que c’est la base de la proposition de valeur de The Storyline. D’autre part, parce que c’était la meilleure manière de continuer à apprendre dans mon domaine d’activité. 

 

Traitant d’un sujet business, j’ai préféré opter pour un format ni trop long (pour éviter que les auditeurs décrochent) ni trop court (pour avoir quand même le temps de creuser les sujets abordés). Je me suis donc arrêtée sur une durée moyenne de trente minute pour chaque épisode (même si c’est difficile et que souvent, on a envie de continuer la conversation !).

Partie 4

Créer son identité

L’identité de votre podcast est double : 

  • visuelle (la couverture, les illustrations des épisodes, la charte graphique de votre univers, …)
  • éditoriale (la tonalité du podcast, le choix des mots, …)

 

Commençons par l’aspect visuel. Comme pour toute rencontre, la première impression influence énormément l’opinion que les auditeurs de podcast vont avoir du vôtre. En voyant la couverture du vôtre, il vont se faire rapidement une opinion de ce à quoi ils peuvent s’attendre. 

 

La couverture de votre podcast est aussi une opportunité de vous différencier des nombreux autres podcasts existants. Il est important de choisir une charte graphique qui corresponde à votre personnalité, mais qui saura aussi attirer l’attention.

 

A list of podcast covers from the Apple store

 

Si vous n’êtes pas à l’aise avec le design, n’hésitez pas à faire appel à un.e DA ou graphiste qui saura vous aiguiller. Mais quoi qu’il en soit, les illustrations de votre podcast sont votre carte de visite : ne les négligez pas !

 

Ensuite, votre podcast a également une “ligne éditoriale”. 

 

La ligne éditoriale est un concept emprunté à l’univers des médias, notamment celui de la presse écrite – elle désigne l’ensemble des choix faits par l’équipe de rédaction, concernant le média, et que tous les collaborateurs doivent respecter.

 

Une ligne éditoriale comprend notamment :

  • une tonalité (est-ce que vous vous exprimez plutôt de manière formelle, jeune, humouristique, … )
  • des sujets abordés
  • les informations et messages que vous souhaitez communiquer

 

Ce n’est pas tout, mais c’est ce qui nous intéresse pour votre podcast. Prenez soin de réfléchir à ces différents éléments, car ils viendront soutenir et enrichir votre proposition de valeur.

🔮 CAS CONCRET

La ligne édito de The Storyline

L’objectif principal était de créer un espace intime avec les auditeurs, qu’ils se sentent à l’aise et proches des invités en écoutant chaque épisode. J’ai considéré cet objectif atteint quand une auditrice m’a écrit pour me dire : 

“Je me serais facilement imaginée avec vous deux (mon invitée et moi) à discuter de votre sujet” 

Pour créer cet espace, je m’adresse toujours à mes invités de manière informelle, je ne me filtre pas et je modifie très peu ce qui a été dit dans la conversation au montage. Cette approche me permet de maintenir un aspect authentique dans chaque prise de parole. Elle permet aussi de rendre les sujets et les invités très abordables pour les auditeurs !

Partie 5

S'équiper des bons outils

Toute la phase de réflexion, de stratégie et de construction de l’identité est désormais derrière vous : c’est l’heure de l’action !

 

Et pour commencer, il faut… vous équiper d’un micro professionnel. Je pense qu’il est important, même à ses débuts, de faire le choix d’un matériel de niveau pro. Pourquoi ? Parce que la qualité du son est un élément essentiel ! Un son désagréable, des grésillements, vont vous faire perdre beaucoup d’auditeurs. L’écoute d’un podcast est une expérience intime, qui doit être plaisante. Alors mettez le micro d’enregistrement de votre smartphone de votre côté, et équipez-vous ! 

 

En termes de matériel, je ne vais vous parler que de celui que je connais. J’ai nommé, celui que je me suis acheté au début de l’aventure The Storyline et qui ne m’a jamais quittée.

 

Il s’agit du micro Blue Yeti, qui coûte 139,99€ sur Amazon. J’en suis très satisfaite ! Il est très pratique et propose notamment quatre diagrammes directionnels (pour enregistrer le son provenant de différentes sources) : cardioïde, omnidirectionnel, bidirectionnel et stéréo. Ces modes permettent d’enregistrer dans des configurations différentes qui nécessiteraient potentiellement plusieurs micros.

 

Essayez de vous installer systématiquement dans des salles relativement petites et calmes, où il n’y a pas trop d’écho. L’écho est le pire ennemi du podcast, car il peut rapidement rendre une expérience d’écoute très désagréable !

Partie 6

Enregistrer et monter ses épisodes

Vous avez désormais un micro, et êtes prêt.e à enregistrer ! 

 

Parfait. Je vais d’abord faire un petit retour en arrière et vous parler rapidement de vos invités. Si vous avez fait le choix éditorial de ne pas en intégrer dans votre podcast, passez directement à la partie suivante !

Gérer ses invités de A à Z

Si vous avez fait le choix de fonctionner avec des invités, vous devez commencer par… les trouver et les inviter !

 

Il n’existe pas de “méthode” particulièrement adaptée pour ce faire, mais vous pouvez tout de même réfléchir à une stratégie. Vous pouvez par exemple commencer par faire appel aux membres de votre réseau, si ce dernier est bien développé. Vous pouvez demander à votre réseau de vous faire des introductions. Vous pouvez repérer des gens inspirants que vous aimeriez inviter sur Linkedin, ou sur des médias en ligne.

 

L’important, c’est de se lancer, et de les contacter. Présentez-leur le projet en quelques lignes (le pitch défini plus tôt devient très utile !) et proposez-leur des créneaux d’enregistrement. 

 

Une fois vos invités confirmés, je vous conseille de préparer chaque interview. Pour ça, des recherches sur votre invité.e, ses accomplissements (relatifs à votre sujet) et ses autres interventions publiques s’imposent. Consolidez l’ensemble des informations que vous pouvez trouver, et essayez d’en tirer des conclusions : 

  • Quels sujets n’ont pas encore été couverts avec votre invité.e ?
  • Qu’avez-vous envie de creuser dans ses projets, ses expériences, …
  • Qu’est-ce qui ressort de votre travail d’investigation ?

 

En fonction de vos découvertes, listez un ensemble de questions qui vous aideront à guider l’entretien pendant l’enregistrement

Enregistrement et montage

Comment enregistrer de l’audio ? 

 

Ici, tout comme pour la question du matériel, de nombreux logiciels performants existent sur le marché. Ceci étant dit, je vais rapidement vous présenter les deux outils que j’utilise au quotidien.

 

#1 : Zencastr pour enregistrer.

 

Zencastr est un super outil, qui permet d’enregistrer très facilement de l’audio :

  • À distance
  • En présentiel

 

J’ai commencé à l’utiliser durant le confinement, au mois de mars 2020, pour interviewer mes invités à distance, et je ne le quitte plus. Le rendu du son est très satisfaisant, et l’outil me permet d’envoyer automatiquement des liens d’invitation par email. 

 

En termes de budget, Zencastr est gratuit jusqu’à 8 heures d’enregistrement par mois, puis passe ensuite à $20 / mois.

Overview of the Zencastr recording platform

 

#2 : Audacity pour monter

 

Une fois l’interview enregistrée au format mp3 via Zencastr, je l’importe sur un outil appelé Audacity. L’interface d’Audacity n’est pas très intuitive et sa prise en main peut prendre un peu de temps. Mais une fois intégrée, vous allez pouvoir monter vos épisodes très rapidement !

 

Overview of the Audacity platform

 

💡 Pro tips

Il y a deux choses que j’aurais aimé que l’on me dise avant que je me lance dans l’aventure podcast.

 

La première, c’est qu’il faut toujours avoir des épisodes en rab avant de commencer à publier. Les imprévus ne sont jamais loin, et si vous n’êtes pas en capacité d’enregistrer de nouveaux épisodes, il vous faut un plan B. Avant de lancer votre podcast, essayez donc d’avoir au moins cinq ou six épisodes de prêts !

 

La seconde, c’est qu’un podcast prend du temps. Comptez au moins un jour de travail par épisode, voire deux en fonction de ce que vous produisez. Il faut en effet du temps pour trouver les invités, préparer l’enregistrement, enregistrer, monter, puis créer les éléments de promotion de l’épisode. Essayez de garder ça en tête avant de vous lancer !

Partie 7

Diffuser son podcast

Une fois vos épisodes prêts à être publiés, se pose la question de l’hébergement. 

 

En effet, pour que votre podcast soit publié sur les différentes plateformes (Spotify, Apple, Deezer, …) il vous faut lui créer un flux RSS. 

 

Pour cela, deux grands acteurs existent : Anchor et Ausha. Ces deux acteurs vous proposent toute une ribambelle de services, dont l’hébergement de votre podcast et sa diffusion automatisée sur plusieurs plateformes. 

 

Pour ma part, j’utilise Anchor et j’en suis très satisfaite. Il me suffit, une fois toutes les deux semaines, d’uploader mon épisode au format mp3 ainsi que les informations relatives à l’épisode (visuel, description, …). Anchor s’occupe du reste et me donne accès à un dashboard sur lequel je peux suivre la performance du podcast en temps réel ! 

 

PS : il vous faudra tout de même, pour certaines plateformes (type Apple Podcasts), inscrire votre contenu manuellement si vous choisissez Anchor. Ceci étant dit, l’opération reste simple et n’est nécessaire qu’une seule fois.

Partie 8

Promouvoir son contenu

Produire votre podcast est 20% du travail, et les 80% restants relèvent de la promotion !

 

En effet (et malheureusement), même si votre podcast est génial, personne ne tombera dessus “par hasard”. Il vous faut en faire la promo sur les canaux sur lesquels se trouvent vos audiences ! Si vous faites un podcast business, Linkedin peut être un bon endroit par lequel commencer. Si vous êtes plutôt un podcast lifestyle, pourquoi ne pas créer un compte Instagram ?

 

Quoi qu’il en soit, la promotion ne doit absolument pas être négligée. C’est la pierre angulaire du développement de votre audience. 

 

Et le secret pour la développer pas à pas, c’est la régularité. Pour construire et asseoir votre notoriété, il va vous falloir produire de nombreux contenus. Voici quelques apprentissages tirés de mon expérience avec The Storyline en ce qui concerne les débuts :

 

Soyez patient.e. Le succès n’arrive pas du jour au lendemain, il demande de la rigueur et beaucoup d’efforts de promotion. Ne vous concentrez pas trop sur le nombre d’écoutes ou la popularité de votre podcast au début, mais sur la qualité de chaque épisode. Le reste viendra naturellement avec le temps.

 

Créez un rendez-vous. Essayez de poster toujours le même jour, pour créer une récurrence et un rendez-vous avec votre audience. 

 

Pensez aux auditeurs. Qu’est-ce que votre audience a envie d’apprendre ? Qu’est-ce qui l’intéresse ? Essayez de récupérer un maximum de feedbacks et de suggestions de vos auditeurs. C’est la meilleure manière pour vous de créer du contenu au plus proche de leurs attentes, et donc de gagner en visibilité !

 

That’s it – j’espère que ce guide vous a été utile, et n’hésitez pas à m’écrire pour me faire part de vos idées, suggestions, … Je serais curieuse d’en savoir plus sur votre projet de podcast ! ✌️

Nous utilisons des cookies pour vous garantir une expérience fluide 💆‍♀️.